top of page

Rosemary Standley


Biographie

Avant d’arriver sur les hautes cimes de Moriarty, Rosemary Standley a ainsi gravi en parallèle le versant ô combien luxuriant du folk américain, en suivant notamment les traces de son père musicien Wayne Standley, et celui, escarpé mais pas moins fertile, du chant lyrique, appris au conservatoire à Paris. Depuis dix ans, loin de se conformer à l’impératif monomaniaque de sa seule carrière au sein de Moriarty avec qui elle a tourné dans le monde entier, elle ne cesse de s’ouvrir des pistes de recherche et de varier les plaisirs, que ce soit en se promenant aux points de jonction avec le théâtre musical (Private Domain, création de Laurence Equilbey, A Queen of Heart mis en scène par Juliette Deschamps…) ou en se ménageant des échappées belles qui lui creusent d’autres perspectives musicales – voir The Lightning 3, avec Brisa Roché et Ndidi Onukwulu ; le Wati Watia Zorey Band, tribute band créé avec Marjolaine Karlin en hommage au poète et musicien réunionnais Alain Péters.

En 2015, elle créé et enregistre Love I Obey, projet reliant les univers de la musique baroque anglaise et du folk américain, avec le Bruno Helstroffer’s Band.

En 2016, elle reçoit le premier prix d’interprétation féminine au Verona International Film Festival pour son tout premier rôle dans le court-métrage Harmonies d’Eurydice Calmejane.

Elle contribue régulièrement à des expériences radiophoniques, mais aussi de jeu et d’écritures musicales pour des fictions et des films. Sylvain Griotto, Kristine Salem, l’Orchestre National de France font partie de ses récents collaborateurs.

En 2019-20, elle collabore avec Fantazio, en duo ; elle tourne avec Lewis versus Alice, mis en scène par Macha Makeïeff, créé en Avignon en juillet 2019 ; le duo Birds on a Wire qu’elle forme avec la violoncelliste brésilienne Dom La Nena, fait paraître fin février 2020 son deuxième album, Ramages, assorti d’une grande tournée de concerts.





Lundi 9 décembre 2024 à 20h

Photo ©Amelin Chanteloup (miniature) et ©Keffer (article)

Mots-clés :

Comments


bottom of page